Avec un recrudescence des centres d’appels en Afrique francophone, Le maroc se su maintenir sa position de leader de l’offshoring avec une remarquable longueur d’avance.

La démarche du Maroc a été visionnaire. Le pays a su investir au moment opportun sans prendre de risques non calculés et préparer l’infrastructure extrêmement avancée dont bénéficie les calls center aujourd’hui. En effet, un réseau internet fluide, souvent redondant et couvrant une grande partie du pays, permet aux centre d’appels d’assurer une haute disponibilité du service. Le sponsoring des formations privées par l’état, les formations aux métiers de l’offshoring dispensées par les organismes de l’état ont permis de mettre à niveau le bassin de l’emploi afin de répondre au mieux aux requis RH des opérations à forte valeur ajoutée.

Les mesures incitatives à l’embauche et les exonérations fiscales n’ont fait que amplifier l’investissement dans la création de plateformes de téléphoniques.

Le maroc affiche ainsi plus de 120 000 postes de travail dans l’offshoring et est souvent sélectionné par les donneurs d’ordre pour assurer les missions à forte valeur ajoutée en collocalisation France-Maroc et en répartissant les flux de manière optimale.

La collocalisation permet en effet de maintenir une qualité de service élevé grâce notamment au niveau élevé de compétences développé au maroc mais aussi grace à la souplesse de déploiement offerte par le Maroc qui permet de mieux absorber les pics d’activité. Le partage de compétence et connaissance est un facteur clé de réussite d’une collocalisation d’un serice client

1 commentaire. Laissez une nouvelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *